Votre panier est vide  Votre compte

SYCKO

Services rendus à l'Éducation Nationale

SYCKO a le plaisir de vous annoncer la nomination de M. Yann Lefebvre au titre de Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques, parrainé par M. Jean-François Chanet.

Ce titre honorifique récompense une contribution active à l’expansion de la culture française, notamment à travers l’enseignement.

 

Si cette distinction est particulièrement importante pour SYCKO aujourd’hui, c’est qu’au-delà du travail et de l’investissement en tant que professeur de Yann Lefebvre, son travail d’auteur de jeu de rôle n’y est certainement pas étranger non plus.

Pour mieux le comprendre, il faut revenir sur le projet Sur les traces des Poilus, que nous avons publié fin 2015…

 

Sur les traces des Poilus, premier projet à sortir sous l’égide de SYCKO, était un projet pédagogique dirigé par Yann Lefebvre, porté par des élèves de 3e du collège Raymond Gueux (Gy, Haute Saône), et créé pour la commémoration de la 1re Guerre Mondiale.

Ce projet visait entre autres choses à restituer des témoignages de soldats fictifs sous la forme de récits épistolaires, puis à les réunir dans un petit livre illustré par David Chapoulet.

L'objectif pédagogique était multiple : commémorer le centenaire de la Grande Guerre en intégrant les technologies d'aujourd'hui et impliquer les élèves au sein du projet d'édition.

Ce projet éducatif a par ailleurs été labellisé et soutenu par le Comité du Centenaire.

 

Là où il revêt une importance particulière pour le jeu de rôle, c’est que ce sont ses mécanismes qui ont été utilisés et ont servi de base pour la création des Poilus fictifs des élèves. En effet un guide adapté du jeu de rôle Crimes (jeu à la dimension historique par ailleurs très marquée) a permis aux élèves de s’approprier ces mécanismes pour remplir leur objectif.

Si aujourd’hui Sur les traces de Poilus est utilisé par certains enseignants et professeurs pour servir d’introduction aux cours sur la Grande Guerre aux élèves, ce sont également toute la force des aspects ludique, créatif et collaboratif, issus du jeu de rôle, et la puissance qu’ils peuvent avoir dans l'enseignement qui sont ici démontrés.

 

Ainsi un jeu de rôle, Crimes – dont nous avons fêté les 10 ans de parutions ininterrompues en 2016, et dont la nouvelle édition s’apprête à sortir – a permis au projet Sur les traces des Poilus de voir le jour, qui lui-même a mis en avant les qualités et le travail d’enseignant de Yann Lefebvre, qui a donc été nommé Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques, pour services rendus à l’éducation nationale.

Sycko de la rime [Interview/FIX]

L’arrivée d’un nouvel éditeur est toujours un événement dans notre si petit milieu. Alors, quand un si heureux évènement se produit, vous pensez bien que le Fix arrive avec les dragées et tout. Encore plus quand l’heureux Papa est un individu favorablement connu de nos services, à savoir Jérémie Rueff (Écuries d’Augias). Rencontre.

Bonjour, Jérémie. Question désormais rituelle : pourrais-tu en quelques mots nous présenter Sycko ?

Alors SYCKO, c’est une double aventure, d’une part celle de l’édition, sur laquelle je vais m’attarder après, et d’autre part celle de la fabrication en freelance. Un mot là-dessus avant de parler du reste, et parce qu’il y a un lien assez fort, de métier je suis fabricant dans l’édition, en clair je m’occupe de deviser puis de contrôler tout l’aspect technique et qualitatif du livre. Il y a aussi, plus ou moins selon les projets, une dimension créative puisqu’il s’agit de « penser » le livre en tant qu’objet, de créer un écrin pour une oeuvre littéraire, graphique ou parfois autre. Parfois c’est aussi très classique et donc (pour moi) moins fun. Mais du coup j’ai moins de trucs à en dire ! Ça c’est pour le SYCKO fabricant.

Maintenant il y a le SYCKO éditeur. Ça fait quelques années maintenant que je traîne mes guêtres dans le monde de l’édition, dans celui du JdR, et dans celui de l’édition de JdR (soit dit en passant c’est grâce au JdR que j’ai pu faire de l’édition mon métier, comme quoi, sur un CV ça fait pas forcément tâche), et comme je suis pas du genre à jouer les Tanguy, il y a un moment où je me suis dit que j’allais voler de mes propres ailes. C’est ce qui se concrétise avec SYCKO. C’est aussi une aventure plus personnelle, avec une façon de concevoir et mener les projets un peu différente de ce que je pouvais faire jusque-là, notamment du fait d’une gestion collective ou d’une structure associative par exemple. Bref, SYCKO c’est un peu le super guerrier issu de la fusion entre mon expérience personnelle dans l’édition généraliste et celle acquise avec les Écuries d’Augias.

Retrouvez la suite de cette interview dans le FIX #154 et abonnez-vous :

Fix 154 12 2014fix-154-12-2014.pdf